Affaire Grégory : une tragique histoire de famille

Plus de 30 ans après les faits, le mystère sur la mort du petit Grégory reste toujours intact. Une énigme judiciaire devenue historique depuis la découverte du corps d’un bambin, retrouvé pieds et points liés dans les eaux de la Vologne, le 16 octobre 1984. Même si depuis le drame les recherches n’ont jamais cessé, le souvenir de ce sourire angélique hante toujours les esprits. Une affaire de meurtre aux allures de règlement de compte familial ? Un héritage ? De la jalousie ? Serait-ce le mobile de ce crime jusqu’ici insondable ?

Si vous êtes curieux d’en découdre avec cette affaire, Couac vous en livre les travers. 

La mort du Petit Grégory restera à jamais gravée dans les mémoires de milliers de Français, accrochés aux mots cinglants émanant de leur poste de télévision. Le 16 octobre 1984, une histoire de meurtre d’enfant pourtant dramatiquement « banale » entre dans l’histoire. Pourquoi lui ? Qui est donc le coupable ? Alors que le petit village de Lépanges-sur-Vologne sommeillait encore, pratiquement inconnu des Français, le voilà propulsé sur le devant de la scène médiatique et soudainement sied d’une triste notoriété. Ainsi débute l’histoire du petit Grégory, une des affaires judiciaires  les plus retentissantes des années 80, dont l’image de cet enfant innocent et noyé,  restera à jamais emblématique. Il y a près de 30 ans, le petit Grégory Villemin, alors âgé de seulement 3 ans jouait devant la maison de ses parents à Lépanges-sur-Vologne. Enlevé et tué, son corps inanimé sera retrouvé quelques heures plus tard dans la rivière. Depuis plusieurs années (exactement 1981), les époux Villemin ainsi que les grands-parents, recevaient des lettres et des appels menaçants d’un « corbeau ». Le 8 avril 1984, l’histoire de jalousie professionnelle prend une toute autre ampleur. Grégory Villemin, le fils de Christine et de Jean-Marie Villemin est menacé.

« J’espère que tu mourras de chagrin le chef. Ce n’est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance. Pauvre con ».

© Infographie BiG : L’arbre généalogique de la famille Villemin

 

A lire aussi :

Couac, pour mieux comprendre l’affaire Grégory

L’affaire Grégory racontée par Marguerite Duras

 


Marylou Fossot
Alexis Kynigopoulos
Victoria Solano

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *