E-sport, une pratique montante

C’est le nouveau sport à la mode. Depuis quelques années, les sportifs voient une nouvelle forme de sport apparaître, l’e-sport. Le principe est simple, jouer en ligne à des jeux vidéos multi-joueurs. Des compétitions sont organisées chaque année et rassemblent des millions de spectateurs. Focus sur cette nouvelle façon de se dépenser.

Même la BBC veut le diffuser. Le phénomène e-sport prend tellement d’ampleur depuis plusieurs années, qu’il commence à être retransmis par des médias comme la BBC ou même l’Equipe. Le principe est simple, des joueurs s’unissent pour créer une « team » qui disputera les matches pendant diverses compétitions. Pour comprendre le phénomène, il faut retourner dans les années 90. Le premier « vrai » tournoi d’e-sport a été organisé par Red Annhilation en 1997. Dès ses débuts, l’e-sport a attiré les curieux et a même réussi, pour ce premier tournoi à se faire sponsoriser par le géant Microsoft. L’année 1997 est une plaque tournante pour les fans d’e-sport puisque c’est cette année-là qu’a été fondée la ligue Electronic sport league, qui compte aujourd’hui 3 millions de joueurs. Les premiers jeux à apparaître dans le domaine e-sport sont Starcraft I, Quake et Counter-Strike. Aujourd’hui, bien qu’ils restent toujours dans les mémoires des passionnés, ils se sont fait replacés par des jeux plus modernes comme League of Legends. Des championnats du monde ont lieu chaque année, des stades entiers sont mobilisés pour organiser ces évènements.

Une économie en expansion

Au même titre qu’un Ronaldo ou un Federer, les joueurs d’e-sport, ou gamer, vivent aujourd’hui de leur passion. Cela n’a pas toujours été le cas même si les récompenses ont toujours été astronomiques. En quatre ans, les récompenses de tournoi sont passées de 4000 dollars à 300 000 dollars. Aujourd’hui, les sommes se comptent même en millions grâce à de gros sponsors comme Intel, Coca-Cola, Red Bull et même McDonald en Suède. Certaines compétitions font appel à des campagnes de crowdfunding pour que les fans aussi participent à la paie des joueurs. Carlos Ocelote Rodriguez, un gamer professionnel déclarait en 2013, 700 000€ de revenus.

Corée du sud, berceau de l’e-sport

Les premières compétitions d’e-sport ont eu lieu aux Etats-Unis. En 2013, 31,4 millions des spectateurs d’e-sport étaient Américians. Très vite, ils se font concurrencer par les asiatiques. Depuis 2000, le gouvernement sud-coréen reconnait même une fédération officielle d’e-sport, la keSPA. Le gaming est aujourd’hui considéré comme un sport national. « L’e-sport en Corée [du Sud] est actuellement le second sport le plus regardé, derrière le baseball. Il y a de nombreuses chaînes de télévision, et encore plus sur Internet, qui diffusent les matchs. » Confie Dan « Artosis » Stemkoski, commentateur en anglais du principal tournoi de Starcraft II. Avec de plus en plus d’adeptes du monde entier chaque jours, l’e-sport a encore de beaux jours devant lui.

 

Selena Miniscalco