Brexit : Les tabloïds choisissent leur camp

Le Brexit est un fait. En juin 2016, 51,9% de la population britannique a voté pour le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Mais quelle est la part du journalisme dans cette décision? Et celle des tabloïds britanniques?

 

Les politiciens craignent les tabloïds

Aujourd’hui The Sun vend 1,6 million de journaux par jour. Dans les années 90 la distribution était de 4,7 millions. L’année dernière, le journal a subi une perte de 71 millions d’euros. Malgré cela, les politiciens continuent de craindre les tabloïds. Les tabloïds déterminent l’ordre du jour. La télévision et les autres médias suivent. The Sun, The Daily Telegraph et Daily Mail étaient conjointement responsables de la fausse représentation du Brexit. Selon une étude de l’Université de Loughborough: 82% pour et 18% contre le départ de l’UE. Les tabloïds ont fait campagne pour le Brexit et ont soutenu le gouvernement conservateur de la Première ministre Theresa May.

« Queen backs Brexit »

Les tabloïds n’ont pas peur des titres fabriqués ou incorrects. Par exemple, le titre «Queen backs Brexit» a été complètement inventé pendant la campagne référendaire. Avec de tels reportages, la presse à sensations influence l’opinion publique et la politique. Si vous ressasser l’opinion sur un sujet ou un point de vue, cela finit par atteindre la conscience nationale.

Fiers de leur pouvoir

Les tabloïds ont encore beaucoup de pouvoir au Royaume-Uni. Ils sont fiers de ça. Lorsque les conservateurs en 1992 ont remporté contre toutes attentes dans les élections, après une campagne féroce par The Sun contre le travail, la journal s’est vanté: «It’s The Sun Wot Won It» The Sun a gagné. Et pour le Brexit? The Sun a-t-il encore gagné?

Critique de l’ONU

Les Nations Unies ont déjà critiqué le reportage et l’utilisation de la langue des tabloïds britanniques. Les journaux se défendent en disant qu’ils n’interprètent que les préoccupations et les craintes de leurs lecteurs.

 

Savoir plus?

« Brexit » : la position des journaux britanniques 

Revealed: Queen backs Brexit as alleged EU bust-up with ex-Deputy PM emerges

Sun editor defends ‘Queen backs Brexit’ headline as watchdog rules it inaccurate 

Rupert Murdoch: ‘Sun wot won it’ headline was tasteless and wrong 

 

Pour en savoir plus sur l’euroscepticisme:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *