Wally Bordas : « Les réseaux sociaux ont fait tomber les barrières entre sportifs et supporters »

L’apparition des réseaux sociaux a apporté de grands changements dans le milieu du sport. De plus en plus de sportifs de haut niveau se créent un compte Twitter ou Facebook, qui leur permet de relayer des informations et de donner leur opinion. Les réseaux sociaux ont ajouté de nombreuses facettes à la relation entre sportifs et supporters. Mais ce lien n’est-il pas trompeur ? Nous avons posé quelques questions à Wally Bordas, journaliste sportif et liver pour le journal l’Equipe.

A l’heure actuelle, est-il essentiel pour les sportifs de posséder un compte officiel sur les réseaux sociaux ?

Non, je pense qu’il n’est pas nécessaire pour les sportifs de posséder un compte sur les réseaux sociaux. Certains décident de gérer leur compte eux-mêmes, d’autres le confient à l’un de leurs proches ou même à un community manager. Mais il y en a encore beaucoup qui n’ont pas de compte Twitter par exemple. Dans certains cas, les réseaux sociaux peuvent servir aux sportifs. Ils peuvent leur permettre de gérer leur communication et d’éviter les « bad buzz » ou encore de répondre directement aux médias en cas de polémique. Ils leur permettent également de paraître plus proches de leurs fans en leur répondant directement. Mais cela peut aussi avoir l’effet inverse. Certains sportifs comme Mario Balotelli en ont fait l’amère expérience.

Qu’est-ce que l’apparition des réseaux sociaux a changé à la relation des supporters avec leurs sportifs favoris ?

A présent, les sportifs ont l’air beaucoup plus abordables. L’apparition des réseaux sociaux a apporté de la proximité. Ces réseaux permettent aux sportifs de dialoguer directement avec leurs fans, de créer une communauté. Ils leur donnent également la possibilité de se montrer sous un nouveau jour : en faisant des blagues, chambrant leurs coéquipiers ou leurs adversaires,… Les réseaux sociaux ont fait tomber des barrières, c’est une très bonne chose.

Pour les sportifs de haut niveau, quelles sont les clés pour se créer une communauté, fidéliser ses abonnés ?

Je pense que la première clé pour être suivi est d’effectuer des bonnes performances sportives. S’il est performant, le sportif sera félicité sur les réseaux sociaux par les internautes, et le nombre de ses abonnés grimpera. Evidemment, l’idéal est qu’il gère lui-même ses pages et qu’il poste régulièrement. Les fans se sentent alors beaucoup plus proches que si les comptes sont gérés par un community manager.

Pensez vous qu’il est important qu’un sportif gère lui-même son compte Twitter, sans faire appel à un professionnel de la communication ?

Au début, de nombreux sportifs faisaient appel à quelqu’un pour gérer leur image sur les réseaux sociaux. De plus en plus, ils le font eux-mêmes et aiment ça. Twitter et Instagram par exemple, sont appréciés par de nombreux sportifs. Je pense qu’ils le font par plaisir pour la plupart d’entre eux, et cela se ressent dans leurs messages. Forcément, les répercussions sur leurs fans la plupart du temps très positives. Gérer son compte soi-même montre que l’on est en phase avec son temps. Faire appel à un professionnel de la communication peut être plutôt mal vu par les fans qui préfèrent pouvoir communiquer directement avec les sportifs.

Le fait de pouvoir s’adresser directement à son sportif favori remplit d’espoir de nombreux supporters, particulièrement les adolescents, à un âge où ils ont besoin de repères et de modèles. Pensez-vous que cette relation virtuelle est saine, ou destructrice ?

Je ne trouve pas que la relation soit destructrice. Je trouve qu’au contraire, l’existence des réseaux sociaux donne la possibilité à certains fans de voir des rêves se réaliser. Certains contactent les sportifs pour avoir une information sur eux, obtenir un maillot dédicacé ou juste pour pouvoir discuter. Grâce aux réseaux sociaux, ils obtiennent une réponse. C’est une vraie chance. Après, évidemment, il faut savoir rester mesuré. Les sportifs ont un emploi du temps assez chargé, ils ne peuvent pas répondre à tous les fans qui leur écrivent sur les réseaux sociaux. Il ne faut donc pas que les jeunes fans soient tout le temps en train de les interpeller, ce qui peut parfois être le cas.

Selon vous, les réseaux sociaux favorisent-ils la promotion des sportifs au rang de stars et d’idoles ?

Non. Dans certains cas, les réseaux sociaux peuvent rendre des personnes célèbres ou y contribuer. Pour les sportifs, c’est totalement différent. Un sportif sera toujours jugé pour ces performances sportives. Ce qui n’est pas le cas d’un chanteur, d’une star de télé-réalité, d’un mannequin,… Si un sportif est mauvais dans ce qu’il fait, il sera durement critiqué sur les réseaux sociaux. S’il est brillant, il serait élevé au rang d’idole, mais pas grâce aux réseaux sociaux.

. Propos recueillis par Anne Rivière 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *